Archives de catégorie : Billets

« Qui a peur des humanités médicales ? » Journée d’études – 18 juin 2018 – Amphithéâtre Chasles – Sorbonne

Qui a peur des humanités médicales ?
Retour sur les collaborations entre lettres, sciences humaines et médecine

Journée d’étude – 18 juin 2018

Amphithéâtre Chasles en Sorbonne, escalier E
1, rue Victor Cousin 75005 Paris

 

Journée organisée par le projet Paré (Sorbonne Université), GDRI/CNRS

Contacts : ferry.danini@gmail.com ; clairecrignon@gmail.com

Inscription obligatoire : ferry.danini@gmail.com

 

Matinée 9h00-12h30

9h00 – Accueil des participants.

9h15 –9h40 Introduction et ouverture de la journée

Présidence : Marie Gaille (Université Paris-Diderot, SPHERE)

9h40-10h30 – Angela Woods (Durham University) :

« Collaboration in the Critical Medical Humanities ».

10h30-10h45 – Pause-café

10h45-11h30 – Hervé Chneiweiss (CNRS, président du comité d’éthique de l’INSERM) :

« L’éthique à l’ère de la médecine génomique ».

11h30-12h15 – Laurens de Rooy (Department of Anatomy and Embryology Amsterdam Medical Center, Curator of the Vrolik Museum) :

« Museum Vrolik reframed: from a collection of anatomical preparations to a museum of medical history within the academic hospital ».

 

12h30- 14h00 – Pause déjeuner

Après-midi – 14h15-18h00

Table-ronde : Panorama sur les humanités médicales

Première partie 14h15-15h45 : L’enseignement en faculté de médecine : Éthique ou humanités médicales ?

Présidence Danielle Seilhean (Sorbonne Université, Faculté de Médecine, Neuropathologie)

Alexandre Wenger (Université de Genève, Faculté de Médecine) et Micheline Louis-Courvoisier (Université de Genève, Faculté de Médecine), Emmanuel Fournier (Sorbonne Université, Faculté de Médecine, Département d’Éthique), Céline Lefève (Université Paris-Diderot, SPHERE).

15h45-16h00 – Pause

Deuxième partie 16h00-17h30 : La recherche dans le champ des humanités médicales.

Présidence Anouk Barberousse (Sorbonne Université, Faculté de Lettres, SND)

Vincent Barras (Institut des Humanités en médecine, Lausanne), Alain Schaeffner (GDRI / CNRS Humanités Médicales), Claire Crignon et Juliette Ferry-Danini : le projet Emergence Paré sur la collection Dupuytren : un objet pour les humanités médicales ?

 

Troisième partie 17h30-18h00

Le point de vue médical sur les besoins de réflexion en sciences humaines et sociales.

Marc Sanson (APHP) – Présentation du Siric Curamus sur les cancers rares

18h00 – Conclusion de la journée et fin des débats

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un aperçu des recherches menées dans le projet Paré

Lors de l’atelier de recherche du 2 octobre 2017 : « Collection & Maladie » :

« Voir, savoir ? » – Julie Cheminaud (maître de conférence en philosophie, Sorbonne Université)

Dans Naissance de la clinique, Foucault avance que la médecine moderne pose l’équivalence du voir et du savoir. Le regard de surface et la mise en ordre par le coup d’œil du médecin se révèlent être les principes de la monstration dans le contexte clinique, et sont notamment à l’œuvre dans les collections d’anatomie pathologique. Cependant, la proclamation d’objectivité masque ses présupposés : pour Foucault, le savoir précède la visibilité, la positivité clinique n’est qu’une configuration épistémique parmi d’autres, et les prétendues connaissances peuvent se fonder sur des présupposés sous-jacents, comme en témoigne la collection Lombroso de Turin. Une collection d’anatomie pathologique telle que celle-ci permet ainsi de comprendre le regard diagnostique d’une époque, mais elle ne peut être véritablement appréhendée que si l’on a conscience de ces présupposés.

« Collectionner, collecter, garder : quelques pistes épistémologiques ? » – Juliette Ferry-Danini (doctorante en philosophie et chargée de recherche, Sorbonne Université)

Les collections médicales anatomiques et pathologiques sont souvent considérées aujourd’hui, parfois avec embarras, comme le reliquat de moments peu importants de l’histoire de la médecine. Selon la narration standard de l’histoire de la médecine, les musées d’anatomies et de pathologie ont laissé place, avec le progrès de la science, aux laboratoires et à la biologie moléculaire. C’est pourquoi on ne considère pas la médecine moderne comme faisant partie des sciences qui collectent ou qui collectionnent (pour reprendre les mots de Robert E. Kohler, 2007), que l’on pourrait aussi appeler les sciences muséologiques. Plusieurs chercheurs ont récemment défendu la thèse selon laquelle la grande narration correspondante en biologie, faisant de l’histoire naturelle un reliquat de la biologie moléculaire, serait en réalité fausse (Strasser 2012a, 2012b). Une thèse similaire peut être défendue pour les musées médicaux. Des comparaisons ont ainsi été développées entre les pratiques médicales de la collecte et collection et les pratiques plus récentes de la collecte des données dans les biobanques (Tybjerg, 2015).

Dans ce contexte, je propose deux voies de réflexion, l’une philosophique (épistémologique) et l’autre historique. Mon travail, historique d’abord, étudie les pratiques scientifiques des sociétaires, médecins et anatomistes de la Société d’Anatomie de Paris au début du XIXe siècle, en particulier les pratiques de collecte et de collection. La Société d’Anatomie a été fondée en 1803 puis relancée en 1826 sous l’impulsion de Jean Cruveilhier. Les pièces anatomiques disséquées et collectées par la Société sont l’une des sources de provenance des pièces anatomiques de la collection Dupuytren, fermée en 2016. Étudier les pratiques des scientifiques de cette société est très utile, car l’on a conservé les comptes-rendus détaillés des séances. Il est ainsi possible de reconstruire et de comprendre pourquoi et comment les scientifiques de l’époque collectent et collectionnent les pièces anatomiques. Ce travail est donc précieux d’un point de vue épistémologique. Comme l’a fait Bruno Strasser pour l’histoire naturelle (2012a), des similitudes peuvent être soulignées entre les pratiques de l’époque et la pratique actuelle de la collecte des données. Il n’est pas cependant évident que les pratiques de collections de l’époque allaient à l’encontre de pratiques liées au laboratoire.

  • Kohler, R. E. (2006). All Creatures – Naturalists, Collectors, and Biodiversity, 1850–1950. Princeton, NJ: Princeton University Press.
  • Strasser, B. J. (2012a). Collecting Nature: Practices, Styles, and Narratives. Osiris, 27(1), 303–340.
  • Strasser, B. J. (2012b). Data-driven sciences: From wonder cabinets to electronic databases. Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 43(1), 85–87.
  • Tybjerg, K. (2015). From Bottled Babies to Biobanks: Medical Collections in the Twenty-First Century. In Fate of Anatomical Collections (Rina Knoeff; Robert Zwijnenberg., pp. 263–278). Farnham: Ashgate.

Lors de l’atelier de recherche du 22 janvier 2018 : « L’art, le beau et l’anatomie-pathologique »

« La beauté des représentations pathologiques » – Julie Cheminaud (maître de conférence en philosophie, Sorbonne Université)

Comment est-il possible de porter un regard esthétique sur des pièces d’anatomie pathologique telles que celles de la collection Dupuytren ? Si ce qui s’offre au regard du visiteur semble contrevenir à l’appréciation esthétique, la maladie étant traditionnellement attachée à la laideur, et l’enjeu de ces représentations étant avant tout médical, nous proposons quelques hypothèses pour éclairer les conditions de possibilité de cette appréhension : à l’intérêt formel, lié à la structure même du regard esthético-médical de la clinique en son origine, s’adjoint la considération d’une esthétique de la chair qui rappelle les memento mori, et de là un ensemble d’enjeux symboliques qui pourraient structurer notre regard, en amont (tableaux de martyrs, ex-voto, reliques) et en aval (réappropriation de la visibilité médicale chez certains artistes contemporains). La structuration du regard esthétique se révèle ainsi excéder les représentations médicales, pour leur faire porter d’autres valeurs.

 

« Le paragone de l’empreinte : le moulage contre la photographie, ou les moyens artistiques de la représentation du corps malade » – Alice Aigrain, (doctorante en histoire de l’art à l’université Panthéon-Sorbonne, Paris 1)

 

L’histoire de la représentation du corps malade constitue un axe central des relations qu’entretiennent l’art et la médecine. Parmi le différentes techniques et médiums qui ont servi à cette mise en image, deux se distinguent par leur fonctionnement même : celui de l’empreinte. Une caractéristique qui confère à la photographie et au moulage, un rapport particulier à l’objet représenté. Cette apparente proximité entre le référant et le signifiant explique peut-être l’omniprésence de ces deux médiums dans les fonds des divers musées de médecine et notamment dans celui de l’hôpital Saint-Louis. C’est en partant de ce cas particulier que cette communication interroge la relation qu’ont entretenue les deux médiums dans le champ de la représentation médical. Puisqu’il faut préciser que dans ce lieu, photographies et moulages ont été mis en regard très rapidement et longuement puisque l’institution a ouvert un musée des moulages, puis de photographies en son sein. À la suite de cette analyse, la communication cherchera à comprendre la relative absence – ou du moins l’arrivée tardive – de la photographie dans les collections du musée Dupuytren.