Tous les articles par Juliette Ferry-Danini

« Qui a peur des humanités médicales ? » Journée d’études – 18 juin 2018 – Amphithéâtre Chasles – Sorbonne

Qui a peur des humanités médicales ?
Retour sur les collaborations entre lettres, sciences humaines et médecine

Journée d’étude – 18 juin 2018

Amphithéâtre Chasles en Sorbonne, escalier E
1, rue Victor Cousin 75005 Paris

 

Journée organisée par le projet Paré (Sorbonne Université), GDRI/CNRS

Contacts : ferry.danini@gmail.com ; clairecrignon@gmail.com

Inscription obligatoire : ferry.danini@gmail.com

 

Matinée 9h00-12h30

9h00 – Accueil des participants.

9h15 –9h40 Introduction et ouverture de la journée

Présidence : Marie Gaille (Université Paris-Diderot, SPHERE)

9h40-10h30 – Angela Woods (Durham University) :

« Collaboration in the Critical Medical Humanities ».

10h30-10h45 – Pause-café

10h45-11h30 – Hervé Chneiweiss (CNRS, président du comité d’éthique de l’INSERM) :

« L’éthique à l’ère de la médecine génomique ».

11h30-12h15 – Laurens de Rooy (Department of Anatomy and Embryology Amsterdam Medical Center, Curator of the Vrolik Museum) :

« Museum Vrolik reframed: from a collection of anatomical preparations to a museum of medical history within the academic hospital ».

 

12h30- 14h00 – Pause déjeuner

Après-midi – 14h15-18h00

Table-ronde : Panorama sur les humanités médicales

Première partie 14h15-15h45 : L’enseignement en faculté de médecine : Éthique ou humanités médicales ?

Présidence Danielle Seilhean (Sorbonne Université, Faculté de Médecine, Neuropathologie)

Alexandre Wenger (Université de Genève, Faculté de Médecine) et Micheline Louis-Courvoisier (Université de Genève, Faculté de Médecine), Emmanuel Fournier (Sorbonne Université, Faculté de Médecine, Département d’Éthique), Céline Lefève (Université Paris-Diderot, SPHERE).

15h45-16h00 – Pause

Deuxième partie 16h00-17h30 : La recherche dans le champ des humanités médicales.

Présidence Anouk Barberousse (Sorbonne Université, Faculté de Lettres, SND)

Vincent Barras (Institut des Humanités en médecine, Lausanne), Alain Schaeffner (GDRI / CNRS Humanités Médicales), Claire Crignon et Juliette Ferry-Danini : le projet Emergence Paré sur la collection Dupuytren : un objet pour les humanités médicales ?

 

Troisième partie 17h30-18h00

Le point de vue médical sur les besoins de réflexion en sciences humaines et sociales.

Marc Sanson (APHP) – Présentation du Siric Curamus sur les cancers rares

18h00 – Conclusion de la journée et fin des débats

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Atelier de recherche – 27 mars « Collectionner et conserver les restes humains : Questions éthiques et juridiques »

« Collectionner et conserver les restes humains : Questions éthiques et juridiques »

27 MARS 2018, 13H30-17H00, SALLE D323″

Maison de la recherche                                                               

28, rue Serpente 75006 Paris

Inscription sous réserve des places disponibles (ferry.danini@gmail.com).

13 :30 – 13 :45 > Introduction

13 :45 – 14 :15 Guillaume Fontanieu  (ATER – Université Paris-Est Créteil, doctorant à l’Université Panthéon-Sorbonne Paris 1)

« Dialogues entre l’éthique et le droit à propos des « biens » culturels sensibles »

14 :30 – 15 :30 > Quétel Eloïse   (Responsable des collections médicales (ancien musée Dupuytren), Sorbonne Université, Conservatrice-restauratrice du patrimoine)

« La conservation-restauration des restes humains –  Aspects éthiques, déontologiques et techniques »

15 :45 – 16 :00 > Pause-café

 16 :00 – 16 :30 Jean-Louis Fischer (Membre honoraire du Centre Alexandre Koyré , Membre de l’Académie Internationale d’Histoire des Sciences)

   « Rencontres muséales »

 

Cliquer ici pour télécharger l’affiche programme de l’atelier de recherche du 27 mars 2018

Un aperçu des recherches menées dans le projet Paré

Lors de l’atelier de recherche du 2 octobre 2017 : « Collection & Maladie » :

« Voir, savoir ? » – Julie Cheminaud (maître de conférence en philosophie, Sorbonne Université)

Dans Naissance de la clinique, Foucault avance que la médecine moderne pose l’équivalence du voir et du savoir. Le regard de surface et la mise en ordre par le coup d’œil du médecin se révèlent être les principes de la monstration dans le contexte clinique, et sont notamment à l’œuvre dans les collections d’anatomie pathologique. Cependant, la proclamation d’objectivité masque ses présupposés : pour Foucault, le savoir précède la visibilité, la positivité clinique n’est qu’une configuration épistémique parmi d’autres, et les prétendues connaissances peuvent se fonder sur des présupposés sous-jacents, comme en témoigne la collection Lombroso de Turin. Une collection d’anatomie pathologique telle que celle-ci permet ainsi de comprendre le regard diagnostique d’une époque, mais elle ne peut être véritablement appréhendée que si l’on a conscience de ces présupposés.

« Collectionner, collecter, garder : quelques pistes épistémologiques ? » – Juliette Ferry-Danini (doctorante en philosophie et chargée de recherche, Sorbonne Université)

Les collections médicales anatomiques et pathologiques sont souvent considérées aujourd’hui, parfois avec embarras, comme le reliquat de moments peu importants de l’histoire de la médecine. Selon la narration standard de l’histoire de la médecine, les musées d’anatomies et de pathologie ont laissé place, avec le progrès de la science, aux laboratoires et à la biologie moléculaire. C’est pourquoi on ne considère pas la médecine moderne comme faisant partie des sciences qui collectent ou qui collectionnent (pour reprendre les mots de Robert E. Kohler, 2007), que l’on pourrait aussi appeler les sciences muséologiques. Plusieurs chercheurs ont récemment défendu la thèse selon laquelle la grande narration correspondante en biologie, faisant de l’histoire naturelle un reliquat de la biologie moléculaire, serait en réalité fausse (Strasser 2012a, 2012b). Une thèse similaire peut être défendue pour les musées médicaux. Des comparaisons ont ainsi été développées entre les pratiques médicales de la collecte et collection et les pratiques plus récentes de la collecte des données dans les biobanques (Tybjerg, 2015).

Dans ce contexte, je propose deux voies de réflexion, l’une philosophique (épistémologique) et l’autre historique. Mon travail, historique d’abord, étudie les pratiques scientifiques des sociétaires, médecins et anatomistes de la Société d’Anatomie de Paris au début du XIXe siècle, en particulier les pratiques de collecte et de collection. La Société d’Anatomie a été fondée en 1803 puis relancée en 1826 sous l’impulsion de Jean Cruveilhier. Les pièces anatomiques disséquées et collectées par la Société sont l’une des sources de provenance des pièces anatomiques de la collection Dupuytren, fermée en 2016. Étudier les pratiques des scientifiques de cette société est très utile, car l’on a conservé les comptes-rendus détaillés des séances. Il est ainsi possible de reconstruire et de comprendre pourquoi et comment les scientifiques de l’époque collectent et collectionnent les pièces anatomiques. Ce travail est donc précieux d’un point de vue épistémologique. Comme l’a fait Bruno Strasser pour l’histoire naturelle (2012a), des similitudes peuvent être soulignées entre les pratiques de l’époque et la pratique actuelle de la collecte des données. Il n’est pas cependant évident que les pratiques de collections de l’époque allaient à l’encontre de pratiques liées au laboratoire.

  • Kohler, R. E. (2006). All Creatures – Naturalists, Collectors, and Biodiversity, 1850–1950. Princeton, NJ: Princeton University Press.
  • Strasser, B. J. (2012a). Collecting Nature: Practices, Styles, and Narratives. Osiris, 27(1), 303–340.
  • Strasser, B. J. (2012b). Data-driven sciences: From wonder cabinets to electronic databases. Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, 43(1), 85–87.
  • Tybjerg, K. (2015). From Bottled Babies to Biobanks: Medical Collections in the Twenty-First Century. In Fate of Anatomical Collections (Rina Knoeff; Robert Zwijnenberg., pp. 263–278). Farnham: Ashgate.

Lors de l’atelier de recherche du 22 janvier 2018 : « L’art, le beau et l’anatomie-pathologique »

« La beauté des représentations pathologiques » – Julie Cheminaud (maître de conférence en philosophie, Sorbonne Université)

Comment est-il possible de porter un regard esthétique sur des pièces d’anatomie pathologique telles que celles de la collection Dupuytren ? Si ce qui s’offre au regard du visiteur semble contrevenir à l’appréciation esthétique, la maladie étant traditionnellement attachée à la laideur, et l’enjeu de ces représentations étant avant tout médical, nous proposons quelques hypothèses pour éclairer les conditions de possibilité de cette appréhension : à l’intérêt formel, lié à la structure même du regard esthético-médical de la clinique en son origine, s’adjoint la considération d’une esthétique de la chair qui rappelle les memento mori, et de là un ensemble d’enjeux symboliques qui pourraient structurer notre regard, en amont (tableaux de martyrs, ex-voto, reliques) et en aval (réappropriation de la visibilité médicale chez certains artistes contemporains). La structuration du regard esthétique se révèle ainsi excéder les représentations médicales, pour leur faire porter d’autres valeurs.

 

« Le paragone de l’empreinte : le moulage contre la photographie, ou les moyens artistiques de la représentation du corps malade » – Alice Aigrain, (doctorante en histoire de l’art à l’université Panthéon-Sorbonne, Paris 1)

 

L’histoire de la représentation du corps malade constitue un axe central des relations qu’entretiennent l’art et la médecine. Parmi le différentes techniques et médiums qui ont servi à cette mise en image, deux se distinguent par leur fonctionnement même : celui de l’empreinte. Une caractéristique qui confère à la photographie et au moulage, un rapport particulier à l’objet représenté. Cette apparente proximité entre le référant et le signifiant explique peut-être l’omniprésence de ces deux médiums dans les fonds des divers musées de médecine et notamment dans celui de l’hôpital Saint-Louis. C’est en partant de ce cas particulier que cette communication interroge la relation qu’ont entretenue les deux médiums dans le champ de la représentation médical. Puisqu’il faut préciser que dans ce lieu, photographies et moulages ont été mis en regard très rapidement et longuement puisque l’institution a ouvert un musée des moulages, puis de photographies en son sein. À la suite de cette analyse, la communication cherchera à comprendre la relative absence – ou du moins l’arrivée tardive – de la photographie dans les collections du musée Dupuytren.

« L’art, le beau et l’anatomie-pathologique » (Atelier du 22 janvier 2018)

Le prochain atelier organisé par le projet Paré aura lieu le lundi 22 janvier de 12h30 à 18h en salle D223, à la Maison de la recherche, rue Serpente.

 22 janvier 2018

« L’art, le beau et l’anatomie-pathologique », en salle D223

13:30                Début de l’atelier

Introduction et point sur le projet – Claire Crignon (Sorbonne Université)

14:00 – 15:00   Julie Cheminaud (Sorbonne Université) : « La beauté des représentations pathologiques »

15:00 – 16:00   Maxime Georges Métraux (Sorbonne Université) : « Le scalpel et la plume : connoisseurship et étude de la collection d’arts graphiques du    musée Dupuytren »

Pause (15 minutes)

16:15 – 17:15    Alice Aigrain (Université Panthéon-Sorbonne Paris 1) :  « Les moyens artistiques de la mise en image du corps malade : le moulage et/ou la photographie. Le cas de l’hôpital Saint-Louis 

17:15 – 18:00    Discussion finale et organisation des prochaines étapes

Le programme en version pdf à télécharger.

Le projet Paré à la journée « Faire dialoguer la philosophie des sciences avec la biologie et la médecine » 6 déc 2017 – Paris

Claire Crignon (Paris-Sorbonne) et Danielle Seilhean (UPMC), membres du projet Paré, présenteront une intervention intitulée

« Collecter et autopsier : approche historique et contemporaine »,

à 14h40, lors de la journée « Faire dialoguer la philosophie des sciences avec la biologie et la médecine » qui aura lieu le 6 décembre 2017, de 9h à 18h à l’Institut Jacques Monod.

Cette journée est co-organisée par Lucie Laplane & Thomas Pradeu. 

Le programme et toutes les informations relatives à cette journée sont disponibles à l’adresse suivante : https://www.philinbiomed.org/event/journee-faire-dialoguer-la-philosophie-des-sciences-avec-la-biologie-et-la-medecine/

Le projet Paré au colloque « Humanités médicales ; Fictions, Représentations,Témoignages » 30 nov, 1 et 2 déc 2017

Claire Crignon et Juliette Ferry-Danini présenteront une communication intitulée

« La collection d’anatomie-pathologique Dupuytren : un objet pour les humanités médicales ? »

lors du colloque Humanités médicales, Fictions, Représentations,Témoignages qui aura lieu du jeudi 30 novembre au samedi 2 décembre 2017.

Cette intervention aura lieu le jeudi 30 novembre à 11h15 en salle Bourjac, en Sorbonne.

Le programme complet du colloque est disponible ci-dessous au format pdf.
Organisation :  Patrizia D’Andrea et Alain Schaffner (Sorbonne Nouvelle/UMR THALIM)

Programme_Colloque_humanites_medicales_nov2017

Annonce colloque 6 décembre « Des maux et des œuvres »

L’hôpital Saint-Jean de Dieu et le Musée des Beaux-Arts de Lyon organisent conjointement un colloque « Des maux et des oeuvres » le 6 décembre à Lyon.

Le programme peut être consulté à l’adresse suivante :  http://www.mba-lyon.fr/static/mba/contenu/pdf/programmes/des-maux-des-oeuvres-SJD-MBA.pdf?&view_zoom=1

Ci-dessous la description de l’évènement :

Journée d’étude – Des maux et des oeuvres
Mercredi 6 décembre de 10h à 18h
Organisation : Hôpital Saint-Jean de Dieu & Musée des Beaux-Arts de Lyon 
« Médecins, anthropologue, historiens d’art se réunissent pour aborder la question de la représentation de la douleur à travers le temps et sa prise en charge aujourd’hui. L’après-midi, à travers un parcours dans les collections du musée, c’est notre perception des émotions qui sera également questionnée. »Invités : Pr Bernard Laurent, Gabrielle Durand, David Le Breton, Jérôme Porée, Pierre Wat, Éric Bismuth, Nadine Roux, etc.

Sources :

http://www.mba-lyon.fr/mba/sections/fr/activite-culturelle/activites-adultes/conferences

Parution du n°44 de la revue Technè « Les restes humains patrimonialisés »

L’équipe vous invite à consulter le n°44 de la revue Technè « ARCHIVES DE L’HUMANITÉ. LES RESTES HUMAINS PATRIMONIALISÉS. »

Disponible à l’adresse suivante :

https://www.boutiquesdemusees.fr/fr/revues/techne-n-44-archives-de-lhumanite-les-restes-humains-patrimonialises/11248.html

Sommaire disponible sur :

http://c2rmf.fr/sites/c2rmf.fr/files/techne_44_sommaire.pdf

 

Exposition Peau et Autre

L’équipe vous invite à vous rendre à l’exposition « Peau et Autre » au Musée des moulages de l’hôpital Saint Louis à Paris (1 Avenue Claude Vellefaux, Paris, France).

Entre octobre 2016 et janvier 2017, Dominique De Beir, Catherine Larré et Frédérique Lucien ont mené des ateliers de pratique artistique dans les services de dermatologie, psychiatrie et addictologie des hôpitaux Saint-Louis et Fernand Widal.
Engagées depuis plusieurs années dans des recherches liées au corps, elles ont invité 83 patients à explorer la thématique de l’enveloppe et de la peau par le prisme de leurs mediums respectifs – sculpture, photographie, dessin. Présentée au Musée des Moulages de l’hôpital Saint-Louis, l’exposition Peau et autre dévoilera le résultat de ce travail collectif aux côtés d’œuvres produites pour l’occasion par les trois artistes.

L’exposition, gratuite, a lieu jusqu’à  ce dimanche 17 septembre 2017, de 13h à 18h. Inscription peauetautre@gmail.com

L’affiche de l’exposition et des renseignements supplémentaires sont disponibles à l’adresse suivante.

 

Atelier du 2 octobre 2017 : « Collection & Maladie »

Atelier Émergence – Projet Paré

 2 octobre 2017

 

L’atelier se tiendra en salle D413 à la Maison de la recherche (28, rue Serpente 75006 Paris).

Inscription gratuite et obligatoire sous réserve des places disponibles auprès de pare.projet@gmail.com

13:30                   Début de l’atelier

Introduction et point sur le projet

14:00 – 14:30    Julie Cheminaud

Voir, savoir ? (à partir de Foucault et la Naissance de la clinique)

15:30 – 16:00    Juliette Ferry

Collections anatomo-pathologiques : quelques pistes épistémologiques 

Pause (15 minutes)

16:15 – 16:45    Danielle Seilhean et Isabelle Plu

La pratique médicale de l’autopsie (titre à préciser)

17:45 – 17:30    [ Claire Crignon

L’anatomo-pathologie et les humanités médicales :  le cas de la collection Dupuytren ]

17:30 – 18:00

Discussion finale et organisation des prochaines étapes

Collections et maladies

Le carnet de recherche « Collections et Maladies » a pour but de mettre en ligne les travaux interdisciplinaires émanant du projet Paré (Projet Anatomie Recherches Émergentes). Financé par Sorbonne Universités, le projet Paré rassemble des chercheurs en sciences humaines et chercheurs et praticiens dans le domaine de la médecine. Ce projet vise à interroger les enjeux de la représentation du corps malade. Le projet Paré s’appuie sur un cas pratique – la collection anatomique pathologique Dupuytren, actuellement conservée à l’UPMC (membre de Sorbonne Universités). L’enjeu du projet consiste à susciter une collaboration entre des chercheurs et des praticiens qui ne partent pas de la même approche de la maladie : le chercheur en sciences humaines ou littérature s’intéresse d’abord aux représentations et figurations des maladies et à l’herméneutique de la souffrance. Le praticien hospitalier ou chercheur en biologie cherche prioritairement à comprendre les causes de la maladie, afin de pouvoir traiter la douleur et guérir les malades. Des séminaires seront régulièrement organisés pour permettre aux membres du projet d’échanger et de présenter l’avancement de leurs réflexions. Ce sont ces travaux qui auront pour vocation d’être publiés sur ce carnet de recherche, qui accompagnera par ailleurs l’organisation d’une exposition consacrée aux collections anatomo-pathologiques.